Conseils pratiques : neige et sécurité

Crédits et copyright : ANENA



En montagne enneigée, à partir du moment où l'on quitte l'univers sécurisé des pistes de ski, on entre dans un monde à risques. Aux classiques dangers( froid, brouillard) qui guettent le randonneur (à ski, à raquettes ou à pied), le pratiquant de hors-pistes (à ski ou à snow board) et l'alpiniste, s'en ajoute un plus spécifique : l'avalanche.


Heureusement, l'accident d'avalanche n'est pas toujours une fatalité. La connaissance des règles élémentaires de sécurité et leur application permettent de mettre un maximum de chances de son coté.


Avant de partir

1. Informez-vous sur le site de la JMA (Japan Meteorological Agency)  :
- bulletin des prévisions météorologiques:
- bulletin d?festimation du risque d?favalanche:

La consultation de ces bulletins, pour une information générale, doit devenir un réflexe, mais elle ne dispense pas d?fune information locale :
- professionnels, en particulier pisteurs-secouristes, guides de montagne ;
- panneaux d?finformation aux bas et aux sommets des remontées mécaniques ;
- drapeau avalanche (jaune = risque limité 1 et 2, damiers jaunes et noirs = risque important 3 et 4, noir = risque très fort 5) ;
- filets et cordes : ne pas les franchir, ils vous protègent de barres rocheuses, de rochers ou de pentes avalancheuses.

2. Équipez-vous :
- portez sur vous un ARVA (appareil de recherche de victime d?favalanche) dont vous avez appris au préalable le fonctionnement et la façon de l?futiliser, vous pouvez aussi vous équiper d'un ballon ABS, d'un gilet "Avalung" et pour ceux qui partent en hors-piste, ayez au moins sur vous une paire de réflecteurs RECCO.
- pelle, sonde, qui sont les deux auxiliaires indispensables de l?fARVA ;
- vivres de course, boisson ;
- vêtements chauds, bonnet, gants ou moufles ;
- lunettes de soleil, crèmes solaires (visage et lèvres) ;
- plan des pistes, carte au 1/25000e, boussole et altimètre ;
- couverture de survie, pharmacie, couteau, bougie et briquet
- matériel de sécurité en terrain glaciaire si nécessaire.

3. Ne partez pas seul, mais choisissez bien vos compagnons : combien (un petit groupe est plus facile à gérer) ? Quel niveau technique ? Quelle forme physique ? Quelle expérience de la montagne ? Quels rapports entre vous ?

4. Etudiez l?fitinéraire sur la carte ou le plan des pistes :
- adaptez votre itinéraire aux conditions météorologiques (le temps), nivologiques (la neige), topographiques (le terrain) et humaines (les personnes : niveau technique et physique du plus ?gfaible ?g du groupe), en pensant en particulier à ne pas rentrer trop tard ;
- faites connaissance avec le terrain : faites-vous une idée des pentes et des ruptures de pentes pour prévoir des passages éventuellement délicats et des itinéraires de repli.

5. Signalez l?fitinéraire et l?fheure approximative de votre retour à des parents, amis, ou en laissant un mot sur le pare-brise de la voiture.


Pendant la sortie

Un certain nombre de précautions doivent être prises sur le terrain afin de se déplacer dans des conditions maximales (mais pas toujours totales !) de sécurité :

Dès le départ de la sortie :

- se compter pour savoir combien on est (cela permettra de n?foublier personne en cours de route ou en cas d?faccident) ;
- tester systématiquement son ARVA (émission, réception et portée) ;
- mettre son ARVA sur soi en position ?gémission?h (on ne l?féteindra qu?fau retour, la sortie terminée).

Puis :

• Prendre en compte la réalité et l?févolution (et non plus les prévisions) des conditions nivo-météorologiques, topographiques et humaines pour choisir son itinéraire :

- la météo : surveiller en particulier les chutes de neige ou de pluie, le vent, la température de l?fair et le soleil, la présence de nuages et de brouillard (la perte de visibilité ou le ?gjour blanc?h sont des facteurs aggravants, car ils rendent difficiles voire impossible les observations visuelles) ;

- la neige : surveiller en particulier la consistance de la neige, les liaisons entre les différentes couches, l?fexistence en profondeur de couches fragiles (gobelets ou faces planes, givre de surface, neige roulée) ou de plans de glissement (croûte de regel), l?fépaisseur de neige fraîche (mais attention : un manteau neigeux peu épais n?fest pas pour autant stable), la présence d?findices signalant un transport de neige par le vent (irrégularités dans l?fépaisseur de neige récente, zones d?férosion de la neige et zones d?faccumulation, corniches, surface de la neige travaillée par le vent, etc.) et l?fhumidification passée ou en cours du manteau neigeux ;

- le terrain : les facteurs influençant la stabilité du manteau neigeux sont l?faltitude (limite pluie-neige), l?fexposition par rapport au soleil, l?finclinaison et le profil de la pente, ainsi que la topographie locale (combes et couloirs, croupes, crêtes, arêtes, cols, barres rocheuses, séracs, etc.) et son orientation par rapport aux vents dominants ;

- les hommes : condition physique, niveau technique.

• La présence de traces n?fest absolument pas un gage de stabilité : ne pas suivre n?fimporte quelle trace sans réfléchir.


• Quelques précautions en cas de doute sur la stabilité d?fun passage obligé (mais ne faudrait-il pas pratiquer le ?gdoute systématique?h ?) :

- enlever dragonnes et lanières de sécurité des fixations de ski ou du snowboard ;

- ne pas skier regroupés, mais laisser des distances entre les membres du groupe, voire n?fengager qu?fune seule personne à la fois dans la zone présupposée dangereuse ;

- se surveiller mutuellement ;

- prévoir des zones de sécurité où l?fon pourra attendre et surveiller les autres membres du groupe, ou vers lesquelles on pourra s?féchapper en cas d?favalanche ;

- ne pas s?farrêter à l?faval direct de la trajectoire des suivants, mais dans une zone de sécurité ;

- déchausser permet de remonter dans la ligne de plus grande pente sur le bord de la zone dangereuse (et évite donc d?favoir à faire des traversées hasardeuses), ou de progresser dans une zone très peu enneigée, mais plus sûre ;

- évoluer ?gen douceur?h en évitant si possible tout virage brutal et pire, toute chute.
Ces mesures peuvent être appliquées dès le moindre doute (et même avant) : elles ?gne coûtent pas cher?h, ne perturbent pas (pour la quasi-totalité d?fentre elles) la progression, et peuvent minimiser les conséquences d?fun accident au cas où le danger n?faurait pas du tout été suspecté.

• Ne pas hésiter à faire demi-tour si les conditions sont trop douteuses ou risquent de le devenir avant le retour en lieu sûr !
?@

Que faire en cas d'accident ?

Chaque situation d?faccident d?favalanche est un cas particulier. Il serait donc tout à fait illusoire de vouloir décrire l?fensemble des comportements à adopter. De plus, face à une telle situation, vos réactions sont imprévisibles : instinct de survie ou paralysie. Difficile voire impossible de dire à l'avance comment l'on réagira. D'autant plus que tout va très vite et que la force de l'avalanche est souvent supérieure aux votres.


Toutefois, l?fanalyse de situations types permet de créer un canevas que vous pourrez adapter aux circonstances réelles.

En clair, nous ne vous proposons pas d?fappliquer des recettes, mais d?fapprendre à en confectionner : lorsque l?faccident survient, il est bien souvent trop tard pour réfléchir. Seuls les réflexes peuvent vous aider. Il faut penser à agir vite et surtout garder la tête froide. C?fest pourquoi il est bon d?favoir déjà réfléchi à ces situations, que l?fon aimerait bien ne jamais rencontrer. En effet, malgré toutes les précautions prises (qui minimiseront les conséquences d?fun accident), il subsiste toujours un risque résiduel.



Vous êtes témoin d'un accident d'avalanche

1.1 Que faire pendant l?favalanche ? Observer :

- Que vous êtes à l?fabri (de cette avalanche ou d?fune autre), sinon mettez-vous en lieu sûr ;
- Le point de disparition de la (des) victime(s) de l?favalanche et la trajectoire imaginaire qu?felles suivent, car elles peuvent réapparaître : suivez des yeux les victimes pour repérer les endroits où elles disparaissent et surtout le dernier (on fera les recherches à l?faval de ce point).

1.2 Que faire quand l?favalanche s?farrête ? Organiser les secours :

L ?fapproche de l?favalanche se fait, si on arrive par l?famont, par le haut (éviter de faire partir une deuxième avalanche à l'amont ou sur les bords de la première), ce qui permet également de récupérer les objets perdus par les victimes et d?fen noter l?femplacement. Déplacement à pied ou à skis en fonction de la qualité de la neige.

Vous êtes seul :

• marquez l?f (les) endroit(s) où la (les) victime(s) a (ont) été vue(s) pour la dernière fois (=dernier point de disparition de la victime) ;
Si vous avez une radio ou un téléphone (n?? 112), alerter les secours ;
• cherchez ?gfrénétiquement?h pendant 15 minutes :
* en aval du dernier point de disparition de la victime ;
* dans les zones préférentielles (replats, creux, amont des rochers, des arbres, bordures)
- avec votre ARVA ;
- avec vos yeux pour découvrir des indices de surface (ski, bâton, gant, chaussure, sac à dos, etc.) ;
- éventuellement avec vos oreilles pour entendre des cris, des coups de sifflets, etc. ;
- avec une sonde de fortune (sondes, bâtons-sondes, bâtons, skis, etc.) ;
• marquez les endroits où vous découvrez des objets perdus par les victimes et sondez-les ;
• après 10 à 15 minutes de recherches infructueuses, partez chercher les secours si vous n'avez pu les alerter avant.

Vous êtes plusieurs :

• nommez un "chef d?fopération" qui coordonnera les recherches, mais si possible n?fy participera pas. Il s?fagit du plus expérimenté ou du plus calme ;
• mettez en place un guetteur pour avertir dans le cas où une deuxième avalanche se produirait ;
• évaluez l?fampleur de l?favalanche et le nombre précis de victimes ensevelies ;

Si vous êtes assez nombreux, envoyer 1 (ou mieux 2) personne(s) donner l?falerte (ou la donner directement si vous avez une radio ou un téléphone). Sinon cherchez vivement pendant 15 minutes puis, sans résultat, alertez, après avoir balisé le terrain (pour que les secours puissent le reconnaître) et surtout le dernier point de disparition de la (des) victime(s) ;


• marquez le(s) endroit(s) où la(es) victime(s) a (ont) été vue(s) pour la dernière fois (= dernier point de disparition) ;
• faites un dépôt de votre matériel pour qu?fil n?fy ait pas de confusion avec les objets perdus par les victimes ;

commencez les recherches :


* en aval du dernier point de disparition de la victime ;
* dans les zones préférentielles (replats, creux, amont des rochers, des arbres, bordures) ;


- avec votre ARVA ;
- avec vos yeux pour découvrir des indices de surface (ski, bâton, gant, chaussure, sac à dos, etc.) ;
- éventuellement avec vos oreilles pour entendre des cris, des coups de sifflets, etc. ;
- avec une sonde de fortune (sondes, bâtons-sondes, bâtons, skis, etc.) ;

• marquez les endroits où vous découvrez des objets perdus par les victimes et sondez-les.


Vous êtes pris dans une avalanche

2.1 Que faire pendant l?favalanche ?

* l?favalanche part en amont de votre position.

Il faut tenter de s?féchapper latéralement, pour éviter d?fêtre rattrapé (et ne pas essayer de prendre de vitesse l?favalanche, en skiant droit dans la pente, l?favalanche vous rattrapera quasi-inévitablement).
Si nécessaire, prendre un peu de vitesse en plongeant droit dans la pente, skis écartés, puis rejoindre le plus vite possible un des bords de la zone d?fécoulement de l?favalanche (zone protégée = zone à l?fabri, neige stable).
Cette fuite latérale réclame sang-froid et grande maîtrise de l?féquilibre à skis.
Elle nécessite une certaine distance entre l?favalanche et vous-même pour que vous ayez le temps de fuir.

Le résultat n?fest donc pas garanti, d?fautant qu?fil est très difficile d?festimer les dimensions de l?favalanche en quelques fractions de secondes, mais mieux vaut tenter quelque chose que d?fattendre en ne faisant rien.

* l?favalanche part sous vos skis.

• gardez votre sang froid
• tentez de fuir latéralement. Cela pose les mêmes problèmes que précédemment, à ceci près, qu?fen plus, vous skiez sur une neige en mouvement et que la chute est d?fautant plus probable. Si tel est le cas, on a vite fait d?fentrer dans l?favalanche plutôt que d?fen sortir !
• évitez l?fensevelissement :
• essayez d?fenlever les lanières des skis (ou du snowboard) et les dragonnes des bâtons de ski (si ce n?fest déjà fait !) ;
• essayez de vous débarrasser de vos skis (ou du snowboard) ;
• votre sac à dos : s?fil est lourd, essayez de l?fenlever (il gène la mobilité, vous alourdit, donc vous enfonce) ; s?fil est léger : gardez-le (il vous protègera contre les chocs puis contre le froid) ;
• restez en surface en :
- vous allongeant et prenant appui sur la neige ou des blocs portants ;
- nageant (faire de grands mouvements) dans la neige non portante ;
- protégez vos voies respiratoires (ne pas avaler ou respirer de la neige)
- fermez la bouche (ne pas crier) ;
- protégez votre nez et votre bouche avec vos mains, vos bras, le col de la fourrure polaire, de la veste...

• essayez de vous cramponner à tout obstacle pour éviter d?fêtre entraîné.

2.2 Que faire quand l?favalanche s?farrête ?

• détente du corps : créer un espace autour de soi ;
• se faire une poche d?fair devant le visage avec les mains et les bras (les replier devant le visage) ;
• si possible (mais c?fest contradictoire avec le point précédent), essayez de tendre un bras ou un bâton de ski vers la surface pour qu?fil dépasse de la neige (votre localisation par vos compagnons sera visuellement très rapide) ;
• garder son calme et le moral (minimise la consommation d?fO2), être confiant dans les secours (même si vous êtes seul : on vous a peut-être vu) ;
• si possible, creuser vers le haut pour se dégager (pour repérer le haut, si la lumière ne traverse pas la couche de neige qui vous recouvre, on peut saliver ou uriner, mais ce dernier cas augmentera les déperditions de chaleur à cause des vêtements mouillés) ;
• si on ne peut pas bouger (la neige compacte forme un véritable étau), ne pas s?fendormir.



?@