Samouraïs et ninjas : l’histoire de leur renommée

La période féodale du Japon s’étend du XIIe au XIXe siècle, plus précisément de 1183 à 1868 (de l’époque de Kamakura à la fin de l’époque d’Edo). A cette période sont associées une série de guerres et l’émergence de guerriers atypiques tels que les samouraïs et ninjas. Ceux-ci ont, depuis ces temps jusqu’à notre ère, fait l’objet de nombreux légendes et récits fabuleux au point d’influencer les pensées, l’art, la culture et la mode vestimentaire.

Les samouraïs à l’époque féodale

C’est à cette époque de l’histoire japonaise que les samouraïs se sont faits connaître le plus. Ils étaient des guerriers au service des daimyos (seigneurs féodaux) et de leurs clans. Ils obtinrent le shogunat (la gouvernance basée sur la dictature) à l’ère de Kamakura (de 1183 à 1333). Dès lors, les samouraïs étaient soumis au Shogun (lui-même un samouraï) qui était le chef politique de l’époque. Ainsi, la particularité de la période féodale du japon se trouve dans le fait que le pouvoir politique et militaire reposait entièrement entre les mains des samouraïs à travers le shogunat pendant qu’un pouvoir spirituel et religieux échoyait à l’empereur.

Les enfants samouraïs étaient éduqués d’une manière très austère et devaient être habitués à la douleur et à la vue du sang. En outre, ils devaient considérés leur vie comme moins valeureuse que leurs devoirs. C’est à travers la pratique de l’art du sabre, du tir à l’arc, de la lutte et de l’art équestre qu’ils étaient concrètement préparés à devenir samouraïs.

Malgré la fin du shogunat à la fin de la féodalité japonaise et l’extinction progressive de la race guerrière des samouraïs, la pensée des samouraïs dans leur gloire d’origine n’a jamais disparu des esprits grâce à la perpétuation du code du bushido (le code de conduite du samouraï).

Ce code est préservé et transmis à travers beaucoup de canaux comme la culture, l’art et les vêtements comme s’y essaye la boutique yokumo.

Les ninjas à l’époque féodale

La première apparition des ninjas (ou shinobi, combattant de l’ombre) dans l’histoire japonaise est retrouvée au XVe siècle, à l’époque Sengoku, la période de l’affaiblissement des Shoguns et de la relève des seigneurs. Leur apparition en cette période de trouble en dit long sur leurs fonctions et sur qui ils sont.

Contrairement aux samouraïs, les ninjas sont des mercenaires inféodés, qui n’avaient pas un sens de l’honneur aussi soutenu que les samouraïs. Ils étaient sollicités pour remplir des fonctions d’espions, d’assassins et de saboteurs dans le camp des ennemis de leurs seigneurs.

Aujourd’hui, dans la pensée populaire, le ninja se reconnait par son accoutrement et est connu pour son habilité aux techniques de ninjutsu, de camouflage et d’invisibilité.

A propos de l'Auteur: Maude

J'habite Tokyo depuis 2015 et je m'y plais énormément. Je parle couramment le japonais.

Vous pourriez, comme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *